Lorsque j'ai découvert l'Approche 3D, ça faisait déjà 10 ans que je souffrais de fatigue chronique. J'étais dans un tel état d'épuisement que travailler était devenu presque impossible, d'ailleurs mon médecin me mettait régulièrement en arrêt pendant 2 ou 3 semaines... Toujours sans effet durable.

 

Mon poste de commercial était devenu un calvaire: je m'endormais sur la route et j'étais obligé de faire des arrêts réguliers pour dormir un moment. Le soir je me couchais à 19h et je pouvais faire des nuits de 13 heures. Mais je pouvais aussi faire des nuits presque blanches, où malgré une fatigue insoutenable, je n'arrivais pas à trouver le sommeil. Inutile de dire que les lendemains de nuit sans fermer l’œil, mon aptitude à me concentrer était quasi inexistante. Mon médecin ne savait pas comment faire pour m'aider à part me prescrire des antidépresseurs dont j'avais certainement besoin car la fatigue constante finit par déprimer! Ne sachant pas comment me sortir de cette fatigue chronique, j'ai tout testé par moi-même: changements alimentaires, tests d'allergie, suppléments de vitamines, davantage de sport (très difficile étant donné mon état de fatigue constante), puis plus du tout de sport... J'ai testé tout et son contraire sans aucune amélioration.

           

Un jour mon épouse, qui en avait marre aussi de me voir aussi démuni et incapable de faire quoi que ce soit sans me plaindre, a lu un article dans la Voix du Nord sur cet accompagnement. Elle m'a convaincu d'appeler car je n'avais jamais vu de thérapeute auparavant et je n'aimais pas l'idée de parler à une inconnue de ma vie privée. Mais la personne au téléphone a pris le temps de tout expliquer et m'a permis de comprendre d'où pouvait venir ma fatigue chronique. J'ai décidé de me lancer et au bout de 5 séances j'ai commencé à sentir les effets : moins de fatigue, plus d'entrain et parfois même l'impression d'un poids d'épuisement qui s'enlevait d'un coup dans une certaine situation!
Au bout de 9 séances j'ai pu arrêter complètement:
Je n'étais plus fatigué du tout... Sauf après avoir joué au tennis avec mon fils ou randonné toute la journée en montagne... des activités oubliées depuis 10 ans!

 

J'ai appris à identifier les émotions et à comprendre le lien entre l'injustice que j'ai subi étant enfant et mon état de santé. Quel soulagement!

J'ai retrouvé ma vie d'avant mais avec de nouvelles armes pour ne plus retomber dans des comportements qui provoquent la fatigue chronique.


Je crois que je suis une des plus chanceuses des fibromyalgiques. Quand je me suis rendue compte de mes symptômes, une série d’évènements ont fait que j’ai pu être diagnostiquée rapidement et rencontrer dans la foulée ma thérapeute…

 

J’ai aujourd’hui 54 ans. J’ai subi plusieurs coups durs dans ma vie, le premier à 19 ans. En 2015, j’ai subi le dernier gros stress, lié à mon travail. Ne m’écoutant pas beaucoup, j’ai attribué les douleurs musculaires que j’ai commencé à ressentir au manque de sport, puis au sport lui-même. Habituée à avoir parfois des problèmes intestinaux, je n’y ai pas prêté tout de suite attention. Au bout de quelques mois, pendant mes vacances, je me suis trouvée de plus en plus en difficulté pour marcher, nager, et toujours avec mes problèmes intestinaux. Je me suis donc décidée à aller chez le médecin. On a commencé la farandole des spécialistes pour trouver ce que j’avais. Pendant ce temps sont apparus d’autres soucis de santé (maux de tête, insomnies…).

 

Inquiète, je me suis prise en main et j’ai cherché ce qui pouvait provoquer tout cela, jusqu’à ce que j’obtienne le diagnostic. C’était en mai, au moment de la journée de la fibromyalgie (le 12 mai). Ce jour-là, dans le journal local, mon conjoint a trouvé un article sur la Mickel Therapy, devenue depuis l'Approche 3D. J’ai décidé d’appeler, et c’est ce que j’ai pu faire de mieux pour ma guérison. Passionnée, attentionnée, très à l’écoute, ma thérapeute m’a aidée à comprendre comment je fonctionnais, et à travailler sur moi-même pour écouter mes émotions et mes besoins et simplement penser plus à moi.

 

Le chemin n’a pas été facile pour moi, je suis passée par des cessations des symptômes spectaculaires, et par des rechutes. Comme on dit, chassez le naturel et il revient au galop… Aujourd’hui, j’écoute beaucoup plus mes besoins. J’avoue avoir encore des difficultés à identifier certaines émotions. J’ai maintenant la chance que mon corps se rappelle à moi : je le sens très vite quand je m’oublie un peu trop. A ce moment-là, je m’occupe de moi, et les petites douleurs s’arrêtent net. Si ce n’est pas une preuve que ça marche !!! 

A toute mauvaise chose est quelque chose de bien. J’étais en pleine période de reprise en main de ma vie, la thérapie m’a aussi aidée dans ce sens. J’ai maintenant confiance en moi, en mon avenir professionnel, personnel et en ma santé. La vie est belle. Merci à cette approche et à ma thérapeute.


J'ai 72 ans. Je pense, avec le recul, que je suis fibromyalgique depuis l'âge de 16 ans, mais on n'en parlait pas à l'époque. J'ai été diagnostiqué de la fibromyalgie il y a 12 ans seulement. Mais quand j'y pense, j'ai depuis mon adolescence, des douleurs musculaires dans les jambes et les bras, des tendinites à répétition, les omoplates en feu... Une vie marquée par différents traumatismes (des événements traumatisants pendant mon adolescence, d'énormes inégalités de traitement entre moi, la seule fille, et mes 5 frères, des parents peu aimants pour qui «pleurer, c'est signe de faiblesse». Le maître-mot chez nous : « soyez forts et ne laissez rien transparaître ».

 

Lorsqu’une amie m'a parlé de cette approche et du lien entre les émotions et les symptômes de la fibromyalgie, j'ai compris assez vite que ça me parlait, que ça pourrait marcher pour moi. Mon médecin n'en avait jamais entendu parler mais comme il me disait «Je n'ai rien à vous proposer pour la Fibromyalgie sauf des anti-inflammatoires et des antidépresseurs... Alors allez-y, tentez... », j'ai foncé. Mon mari m'a soutenu, comme il l'a toujours fait d'ailleurs, malgré toutes ces années où j'avais tant de mal à être légère, tellement les douleurs me plombaient.

 

Et me voilà, 4 mois plus tard : je n'ai plus de douleurs, j'ai une nouvelle façon de vivre où je suis attentive à ce qui me fait du mal et ce qui est essentiel à mon bien-être. La fibromyalgie est derrière moi.

 

Hier mon mari s'est étonné de m'entendre chanter dans le jardin en balayant des feuilles. Il m'a dit que c'était la première fois !

 

Quel bonheur, cette thérapie. MERCI !


Cela faisait des années que je souffrais physiquement et moralement d'un syndrome que l'on nomme la FIBROMYALGIE.

 

- Physiquement, car les douleurs étaient telles que je n'arrivais plus à marcher certains jours, que mon corps était si douloureux qu'il m'arrivait d'en pleurer. Que ces douleurs qui ne me laissaient aucun répit me réveillaient la nuit et m'empêchaient de me rendormir.

- Moralement car la douleur vous "tape sur le système",  que vous êtes incapable d'avoir une vie sociale satisfaisante parce que vous êtes épuisés et enfin parce que les médecins ne peuvent pas vous aider et que bien souvent vous vous sentez rejetés.

 

A cela s'ajoutait pour moi une énorme culpabilité d'être "dans cet état là", puisque les médecins ne trouvaient rien et que mon entourage subissait mon état. J'avais l'impression que personne ne pouvait m'aider à enfin me débarrasser de ma fibromyalgie. 

 

Ma renaissance est arrivée dès le jour où j'ai connu ma thérapeute. Je me suis laissé guider et j'ai suivi à la lettre les clés qu'elle m'a fournis: Le changement a été très rapide. Aujourd'hui, je revis, je n'ai plus aucune douleur, ma fibromyalgie a disparue et je n'ai plus d'angoisses à suivre mes activités professionnelles ou personnelles .

 

Je peux travailler, voir mes amis, je refais du sport...

 

Cette approche m'a redonné goût à la vie , elle m'a rendu mon énergie et j'en savoure aujourd'hui chaque instant.


J'ai découvert qu'une solution efficace existait lors d'un atelier sur la Gestion des Emotions proposée par Elena et Jackie. Je ne connaissais pas du tout cette approche et pourtant étant atteinte de Fatigue Chronique depuis 3 ans, je pensais avoir tout essayé sans aucun succès. Je travaillais comme je pouvais, avec des arrêts intermittents lorsque le sentiment d'épuisement ne me permettait vraiment pas de me lever parfois durant 48h d'affilées... Morale à zéro, anti-dépresseurs, aucun goût à rien.

 

Après l'atelier j'ai longuement réfléchi et puis j'ai fini par appeler. J'étais prête à me lancer. Après 4 séances j'ai eu le premier déclic: j'ai compris le lien entre mes émotions et mes symptômes et en changeant mon comportement d'abord par petites touches je voyais l'amélioration de mon état. 3 mois plus tard (7 séances en tout) je n'ai plus du tout de symptômes.

 

Je revis comme avant, pleine d'énergie et d'espoir.

Je ne regrette que le fait d'avoir le fait d'avoir suivi cet accompagnement au bout de 3 ans de souffrances.


Je vais bientôt refaire du vélo…

 

Il est remisé dans mon garage depuis quelques années et je sens bien qu’il aimerait bien reprendre l’air avec moi ! Qu’est-il donc arrivé pour qu’il soit contraint au confinement ?

 

Depuis 2 ou 3 ans j’ai cessé de faire du vélo, j’ai réduit considérablement mon périmètre de marche autour de la maison et sur mon lieu de travail. J’ai aussi arrêté de porter des choses, de nager, de jouer du piano, d’animer les chants devant des assemblées, de tricoter. J’ai arrêté de faire des tas de choses que j’aimais. Et aussi les courses, le ménage, le jardinage, emprunter les escaliers, etc…

 

Depuis plus de 10 ans, des douleurs diffuses, chroniques et  sans logique allaient et venaient dans les articulations et  les muscles. J'étais atteinte de fibromyalgie. Je crois avoir fait des radios de toute les parties de mon squelette, sans jamais trouver une explication à ces douleurs. Un état d’épuisement chronique lui aussi s’est peu à peu installé et des nuits hachées par des insomnies. Ce sont ajoutées peu à peu des acouphènes et des maux d’oreille me rendant pénible l’usage du téléphone. Puis, des troubles importants de la concentration et de la mémoire.

 

Un travail très prenant, une situation familiale compliquée me faisait penser : "C’est normal que je sois fatiguée, que je dorme mal… etc"  Je tenais, difficilement. Je me levais le matin épuisée déjà, pleine de douleurs et je me disais : "Aller jusqu’à ce soir". Je rentrais du travail épuisée, me laissant tomber sur le canapé pour un somme qui pouvait durer 2 heures. Parfois en rentrant à pied, je pleurais tellement j’avais mal aux jambes. Je calculais le poids de mon sac, ne prenant vraiment que l’indispensable.

 

Une amie m’a parlé d’une maladie que je ne connaissais pas :

"Tu n’aurais pas une fibromyalgie ?" - "C’est quoi ça ?" Examens multiples, rhumatologue, spécialiste. "Oui Madame, c’est une fibromyalgie. Pas grand-chose comme traitement."

Alors j’ai cherché et me suis mise à l‘alimentation hypo toxique, kiné, ostéo, vitamine D et Magnésium, Qi Gong, accompagnement avec une psychologue, etc… Beaucoup  de moyens "pour me soulager" mais pas de mieux spectaculaire.

 

Jusqu’à ce qu’une autre amie évoque l'Approche 3D  et m’indique les coordonnées d'une des thérapeutes. Et là, MIRACLE. En quelques séances et donc quelques semaines (5 RV ; 6 semaines), j’ai vu mes symptômes disparaître les uns après les autres, j’ai adopté un nouvel art de vivre : identifier mes émotions, écouter mes besoins, repérer les situations d’injustice que je vivais et y mettre fin ou m’en protéger, bref… Je me suis mise à penser à moi (enfin!) avant de penser aux autres, j’ai arrêté de maltraiter mon corps , j’ai identifié des situations et des relations  qui manifestement contribuaient  à me rendre malade et décidé de m’en écarter.

 

Aujourd'hui, je ne me sens  plus malade. Le jour où j’ai reçu la RQTH (reconnaissance de qualité de travailleur handicapé) j’avais l’impression que ce document  ne m ‘était pas destiné et pourtant, si je l’obtenais c’était bien parce que le dossier établi avec mon médecin quelques mois plus tôt le justifiait.

 

Quelques douleurs  reviennent de temps en temps mais je sais comment les faire disparaître. L’état d’épuisement a complètement disparu. L’énergie est retrouvée. Les insomnies aussi. Les troubles cognitifs aussi.

Je marche de nouveau, porte de nouveau, téléphone de nouveau, dirige les chants de nouveau, je fais le ménage de nouveau… Bref: J’ai de nouveau une vie normale ! 

 

Avec en plus, ce que j’appelle mon «nouvel art de vivre» qui m’invite à ne plus maltraiter mon corps et me fait prendre ma vie avec plus de douceur

Je vous laisse, je porte mon vélo chez le réparateur : une petite révision s’impose avant de reprendre la route !


Comme beaucoup d’entre vous, c’est en étant très sceptique que j’ai commencé à suivre l'Approche 3D. J’avais énormément de mal à croire que ma gestion des émotions et mon cerveau pouvaient avoir un impact aussi fort sur ma santé physique, et ce n’est qu’en voyant moi-même les changements que la thérapie a provoquée en moi, que je me suis réellement rendue compte des bienfaits de cette approche.. 

 

Lorsque j’avais 19 ans et ce pendant un an, j’ai vécu avec un syndrome de fatigue chronique. Celui-ci était tel, que jeune étudiante, je me suis retrouvée forcée d'arrêter mes études et de rentrer chez mes parents, n’ayant pas suffisamment de force et d’énergie pour vivre seule.

 

Pendant un an, j’ai vu de nombreux médecins qui ont tenté d’expliquer la cause de cette fatigue constante, et ce, sans résultats. Grippe virale, mononucléose… Les diagnostiques étaient aussi variés qu’inutiles, puisque rien ne me permettait de me remettre.

 

Si je suis honnête, la seule raison pour laquelle j’ai accepté d’essayer de suivre cet accompagnement est parce que j’étais au bout du rouleau. N’ayant pas d’autres possibilités, je me suis dit : qu’est-ce que j’ai à perdre ?

 

Je n'ai jamais regretté ce choix.

 

En quelques séances, j’ai vu des effets incroyables sur ma santé. J’étais moins fatiguée, moins émotive, j’avais moins de migraines, et en 7 séances seulement, je me suis remise d’une fatigue qui avait gâché un an de ma vie.

 

Grâce à ma thérapeute, j’ai non seulement retrouvé une santé qui m’a permis de reprendre des études et une vie sociale que je n’avais pas eue depuis longtemps, mais j’ai aussi appris des clés qui me servent encore aujourd’hui dans mon quotidien.

 

Je recommande vivement l'Approche 3D à toute personne qui souffre de fatigue chronique. Très vite, la thérapeute pourra vous dire si suivre la thérapie peut vous aider, et vous verrez des améliorations très rapidement.

 

Alors, qu’est-ce que vous avez à perdre ?


Je me suis rapprochée de cette thérapeute parce qu'elle est tellement passionnée par rapport à tout ce que l'Approche 3D peut faire pour des personnes souffrant de Fybromyalgie comme moi. Elle m'a convaincu qu'elle pouvait m'aider à réduire les douleurs et améliorer ma qualité de vie.

Le résultat était incroyable.

 Ca fait des années que je n'ai pas été aussi en forme.

C'est très facile de parler avec cette thérapeute et j'étais très contente de pouvoir travailler par Skype.

 

Je recommanderais vivement l'Approche 3D à toute personne qui souffre de Fibromyalgie.


Je suis violoncelliste, passionnée de la musique classique et comptant devenir professionnelle. Un an avant un grand concours j'avais développée une tendinite aiguë à la main droite. Impossible de tenir mon archet. Alors que je devais travailler mon violoncelle 5h par jour pour espérer atteindre le niveau j'étais dans l'incapacité de jouer même 5 minutes! On a tout essayé avec les médecins et les kinés, la douleur s’atténuait un peu et puis reprenait de plus belle. 

 

J'avais un début de tendinite qui apparaissait aussi dans le poignet gauche, alors que je ne travaillais absolument pas mon instrument. Parfois j'avais aussi mal à droite qu'à gauche, et parfois un côté s'atténuait pour reflamber quelques jours plus tard. Mon rhumatologue était perplexe, ne savait plus quoi me proposer. Au bout de 6 mois j'étais prête à renoncer au concours quand j'ai découvert l'Approche 3D.

 

4 séances plus tard on avait identifié la cause émotionnelle de la douleur, on a travaillé sur le changement de comportement vis à vis de quelqu'un de mon entourage qui nuisait à ma confiance en moi et j'ai appris à dire "STOP" à son harcèlement verbal.

 

La douleur est complètement disparue et j'ai repris mon travail de violoncelle d'arrache-pied! Maintenant je sais mettre des limites mais aussi m'écouter quand j'ai besoin d'aller faire du sport ou voir des amis au lieu de travailler sans relâche!  C'était une véritable révélation. Je n'aurais jamais imaginé un tel lien entre une douleur chronique et mon état émotionnel !